Pourvoirie du Cap au Leste : rustique et conviviale

On était rendus à la mi-mars quand on nous a proposé de partir tester les produits hiver. Quand on m’a dit ça, j’ai eu un petit rire intérieur : il faut dire qu’à Montréal, la neige à laquelle on a droit depuis quelques semaines, c’est de la Slush : une neige bien mouillée qui glisse et qui fait froid et humide dans les pieds.  Mais ça, c’était sans compter sur le fait que l’on partait pour le Saguenay, autrement appelé la « fabrique à neige ».

Dans ce cas, ça change tout. Avec un enneigement optimal tout l’hiver (jusqu’à 5,5 mètres), la région du Saguenay est l’endroit idéal pour faire des activités hivernales.

C’est donc avec une pointe d’excitation que nous prenons la route en direction de Cap au Leste, notre point de chute pour les prochains jours.

Déjà, la route est belle. Nous sommes en semaine et nous avons des portions de route pour nous tout seuls. Passée Québec, elle traverse la réserve faunique des Laurentides et plus nous montons vers le nord, plus les arbres se chargent de neige.

Réserve faunique Laurentides

Nous arrivons en soirée à la Pourvoirie Cap au Leste, juste à temps pour le souper. Dans la salle de repas vitrée, nous ne devinons pas le paysage extérieur.

J’adore arriver le soir dans ce genre d’endroit. Le matin promet une belle surprise.

Après un excellent souper aux couleurs locales, nous partons tous nous coucher dans notre chalet. Chacun sa chambre, mais tous dans un chalet avec un espace commun. Ça aide aux échanges !

Le réveil est matinal. Je ne peux pas résister à l’envie d’aller ouvrir le rideau. Moi qui habituellement ai du mal à ouvrir les yeux quand le réveil sonne, là, ils sont grands ouverts et j’en prends plein les mirettes. La vue sur le fjord est superbe. S’il est essentiellement gelé, on distingue par endroit le passage du brise-glace qui maintient le fjord « ouvert » tout l’hiver. C’est d’une beauté incroyable !

Le fjord du Saguenay enneigé

Mais pas l’temps d’niaiser, aujourd’hui, c’est la motoneige qui nous attend. Pour moi, c’est une première et j’avoue être un peu impressionnée à l’idée de conduire un engin pareil, d’autant que notre guide, Dominic, nous dit qu’il sera plus simple d’être 1 par moto. C’est plus pratique à maitriser. Je suis donc seule, face à cette grosse machine. Même pas peur !

Nous partons donc à 4 motoneiges sur les chemins du Saguenay. D’abord tranquillement : les chemins dans le bois sont magnifiques mais étroits. Je ne maîtrise pas encore assez la bête pour me « lâcher ». Mais progressivement, les chemins s’élargissent, le paysage s’ouvre et on se laisse griser par les étendues désertiques de la région. On traverse des forêts, fonce dans de grandes étendues blanches, traverse des lacs gelés pour finir en haut d’un point de vue magique. Autour de nous, la nature immense. Les motoneiges éteintes, plus aucun bruit ne vient troubler la sérénité des lieux. On reste là, plusieurs minutes à contempler le paysage : d’un côté la forêt et les monts, de l’autre le Fjord, immense.

Forêt boréale et fjord du Saguenay

Il est maintenant temps de rentrer. Plusieurs dizaines de kilomètres nous attendent avant le retour à la pourvoirie, et la nuit tombe encore tôt. Nous rentrons en passant par un immense lac gelé où nous pouvons nous amuser à faire des « pointes » de vitesse tout droit. Ambiance « patrouille de France » sur le lac. Manque juste les panaches de fumée !

Motoneige fjord du Saguenay

Nous voilà maintenant de retour. Après une sacrée journée sur les chemins, nous nous offrons une bonne bière fraiche dans le bar de l’auberge principale. Tranquillement, le soleil se couche. Tranquillement, les couleurs changent et tirent vers l‘orangé puis le rouge. Le vent s’est levé, sur la terrasse, il fait un froid de canard, mais nous décidons de tous sortir pour admirer le paysage… pas trop longtemps quand même ! Heureusement, les grandes baies vitrées permettent de profiter du spectacle bien au chaud. Voilà ce que je pourrais appeler un « apéro panoramique » comme j’en ai rarement eu.

Coucher de soleil sur sur le fjord du Saguenay

C’est une belle journée qui s’est écoulée mais demain, avant le départ (nous, on l’a fait en version express, mais vous, mes chers voyageurs, aurez la chance de savourer ce programme aux petits oignons pendant 7 jours !), nous retrouvons notre guide Dom, pour 2 belles expériences : le traineau à chien et une balade en raquettes.

Au petit matin, nous rencontrons nos nouveaux partenaires de jeu : la meute de Dominic. Enfin, « la meute » n’est pas exactement le terme, « les enfants » ou les « bébés » de Dominic serait plus approprié.

Il est passionné par ses chiens. Pour nous, ils se ressemblent, pour lui ils ont chacun une personnalité bien propre qui lui permet de construire de belles équipes pour trainer le traineau (et nous !). C’est un bonheur de constater que même s’il est ferme avec ses chiens (c’est lui, le mâle dominant), il les respecte et en retour, ses chiens le respectent aussi.

Notre balade dure environ 1h. Les chemins sont étroits et après une petite « gamelle », je me retrouve à courir après le traineau en riant à l’idée de mon passager, laissé à son sort avec les chiens ! Heureusement, Dominic les arrête et je rejoins l’équipe en reprenant mon souffle ! Le traineau à chien est une activité tout de même sportive !!

Traîneau à chiens à Cap au Leste

Le repos, je le trouve lors de la balade en raquette qui nous mène au bord du fjord. Nous avons abandonné les raquettes en chemin : la neige est assez tassée pour marcher sans. A la place, Dominic, qui nous accompagne toujours, a pris quelques chiens avec nous. Nous descendons jusqu’à l’eau, ou plutôt la glace. Dom nous invite à finir la balade sur le fjord glacé. C’est magique de marcher là-dessus. La couche est tellement épaisse, qu’elle pourrait soutenir plusieurs motoneiges en même temps. Même au mois de mars !

On se sent tout petit sur cette immense étendue blanche. C’est une sensation incroyable !

Balade en raquettes sur le fjord du SaguenayPhare sur le fjord su Saguenay

C’est sur ces instants magiques que nous reprenons la route vers Montréal. La tête pleine d’images, des histoires à raconter à tout le monde là-bas. Et une seule envie : y retourner le plus vite possible !!

> Consultez nos séjours Noël et Nouvel an à la pourvoirie du Cap au Leste
> Consultez séjours Multi-activités à la pourvoirie du Cap au Leste

Julia R.

 

Écrit par Julia

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *