Le pourboire au Canada : pour qui ? combien ?

Au Canada, le pourboire fait partie du salaire de milliers de travailleurs, il est donc important de connaître les règles et conventions qui l’entourent.  Pour se démêler les neurones et savoir s’il faut laisser un pourboire et de combien, suivez le guide…

Au restaurant

Les employés de la restauration touchent un salaire horaire inférieur au salaire minimum, car ils sont considérés comme des « employés à pourboires » et qu’une partie de leur salaire sera donc complétée par le pourboire des clients. Vous l’aurez compris, ce pourboire au restaurant est en fait l’équivalent du service qui est déjà inclus dans le prix dans de nombreux pays européens, comme la France, la Belgique et la Suisse par exemple.

Au Canada, les prix sont affichés hors taxes et hors service.

Au Canada, il n’y a donc pas de 15 % de service inclus automatiquement, vous devez l’ajouter, et on l’appelle ici « pourboire ». Ce qui explique le petit malentendu pour certaines personnes qui pensent qu’elles n’ont pas à  laisser de pourboire croyant que c’est à payer en plus du service. Mais non, il s’agit bien du service.

Même si le service/pourboire n’est pas obligatoire au Canada (autrement dit, pas de loi pour vous obliger à laisser 15 % de service), sachez que les employés paient leurs impôts sur une partie du 15 % de service normalement reçu. Par conséquent, si vous ne laissez rien, l’employé paiera de l’impôt sur un revenu qu’il n’a pas reçu… Vous ne souhaitez pas noircir la réputation de votre pays d’appartenance, n’est-ce pas ?… (Ah ! ce qu’ils sont pingres ces …..)

Notez qu’il existe des endroits, souvent touristiques, où le service est automatiquement inclus lorsque vous recevez l’addition. C’est pour vous faciliter la vie et le calcul, ou c’est parce que les touristes ont laissé un mauvais souvenir, ou c’est parce que le service n’est peut-être pas à la hauteur et qu’on anticipe…

Si c’est clairement indiqué sur le menu et que le service est bon, pourquoi pas, mais dans le cas contraire, rappelez-vous que c’est à vous de décider ultimement du montant à laisser pour le service.

Le montant du service selon votre niveau de satisfaction. Naturellement, si le service est mauvais, vous pouvez laisser moins que 15 %, mais il faudrait vraiment qu’il soit exécrable pour ne rien laisser. Comment cela se passe-t-il dans votre pays d’origine ? Par exemple, en France, Suisse et Belgique, si le service est mauvais, vous payez 15 % de service de toute façon, puisque c’est inclus dans le prix.
Si le service est bon (très bon), comme c’est le plus souvent le cas ici, laissez 15 %, voire plus ! Soyez généreux, un bon service ça se récompense, et puis vous êtes en vacances…

exemple facture

Comment calculer le pourboire ?

Sur l’addition, vous verrez un premier montant total avant taxes. Puis en dessous, le montant de la taxe fédérale de 5 % (TPS : taxe sur les produits et services). Puis le montant de la taxe provinciale de 9,975% (TVQ : taxe de vente du Québec). Pour calculer le service, il faut vous baser sur le montant avant taxes. Une façon rapide de calculer est de laisser un montant équivalent aux 2 taxes, car cumulées elles font presque 15% (c’est moins dans les autres provinces). Ou encore, si vous aimez les multiplications et les résultats précis, vous prenez la taxe fédérale de 5 % et vous multipliez par 3. Et si vous voulez la technique la plus simple, vous demandez au serveur de calculer le service pour vous et de l’ajouter à la facture 😉


Serveur au restaurant

À qui laisser le service ? En argent ? Par carte de crédit ?

Vous pouvez laisser le service sur la table en argent ou directement à votre serveur, et dans ce cas éviter le « p’tit change » c’est-à-dire toutes vos petites pièces de 1, 5, 10 cents… Ou encore, vous pouvez l’ajouter sur votre reçu de carte de crédit (sur le reçu à signer, vous verrez une ligne destinée au service qu’il suffira de remplir). Si vous payez via un terminal, vous aurez l’option de laisser le service en pourcentage (%) ou d’inscrire un montant ($).

Dernier point, c’est sur le montant hors taxes qu’il faut se baser pour calculer le service…  Au final, la différence entre le prix du repas affiché et le prix payé est de 30 % environ.

Et gardez bien à l’esprit, que la qualité de la nourriture n’a rien à voir avec la qualité du service rendu…


Autres métiers pour lesquels il faut laisser un pourboire ?

Le pourboire est également appelé TIP en Amérique du Nord. Dans certains métiers qui ne sont pas officiellement à pourboire, la qualité du service a une influence directe sur la satisfaction du client. Sachez récompenser les bons services par un pourboire adéquat, et ne donnez rien si le service n’est pas à la hauteur (ces travailleurs-là ne sont pas taxés sur un éventuel service/pourboire reçu).

Le barman
Il est d’usage de laisser 1 $ par consommation. Si la commande est importante, laissez 15 % du montant.

Restauration rapide
Même si certains ne laissent rien pour ce type de restauration, vous pouvez laisser un  25 cents ou plus selon votre commande, c’est peu, mais pensez à ceux qui font ce travail, ça les encouragera.

Chauffeur de taxi
Il est d’usage de laisser 10 % du prix de la course. Ajoutez 1 $ par valise si le chauffeur les manipule. Les chauffeurs de taxi sont généralement honnêtes au Canada, mais il est toujours conseillé de demander avant combien coûtera la course approximativement. Le compteur doit fonctionner sauf si c’est un prix forfaitaire comme une liaison aéroport centre-ville. Exemple : de l’aéroport de Montréal au centre-ville de Montréal, c’est un montant forfaitaire de 40 $. Vous laisserez donc entre 5 et 10 $ de pourboire selon le nombre de valises et votre satisfaction.

Pompiste
En voix de disparation, mais si vous en croisez un dans une station et qu’il fait le plein pour vous, il est d’usage de laisser 1$.

Préposé au vestiaire (dans un restaurant, dans un club, soirée spectacle…)
Si le vestiaire est gratuit, vous pouvez laisser 1 $. Si le vestiaire est payant, le service est compris dans le tarif.

Guide touristique
Si vous faites un tour de ville par exemple, une excursion d’une journée ou une activité guidée, il est d’usage de laisser 3 à 5 $ par personne au guide. Là encore, cela dépend surtout de votre satisfaction à l’égard de la prestation, si vous êtes très satisfait, vous pouvez laisser plus (c’est un guide qui écrit 😉

Le bagagiste à l’hôtel
En général, laissez 1 $ par valise, plus si votre valise est énoooormmme.

La femme de ménage à votre hébergement
Trop souvent oubliée, elle mérite quand même votre considération. Laissez au minimum 1 $ par nuit et par personne, que vous prendrez soin de laisser dans l’enveloppe prévue à cet effet sur la table de nuit ou le bureau. Si ce n’est pas mis dans l’enveloppe, la femme de ménage ne le prendra pas.

Chez le coiffeur (parce qu’on va parfois chez le coiffeur durant les vacances)
En général, 10 % en moyenne, mais là encore, cela dépend du montant. Il faut être généreux avec le coiffeur, après tout, il vous écoute patiemment…


Le saviez-vous ?

Pour boire… un verre
L’origine du terme « pourboire » vient d’une pratique qui s’est développée en France au 19è siècle. Les clients satisfaits remerciaient les cafetiers en leur offrant un verre d’alcool. C’est la contraction du terme « pour boire » qui a donné naissance au mot.

Aux origines du TIP (To Insure Promptness)
Selon la croyance populaire, l’autre nom du pourboire trouverait sa source au Royaume-Uni du 18ème siècle. Un aubergiste aurait mis à la disposition des clients souhaitant obtenir un service plus rapide, une boîte destinée à recueillir des pièces de monnaie sur laquelle figurait l’inscription « To Insure Promptness », qui signifie «  pour s’assurer de la rapidité du service ». En y déposant de l’argent, les clients pressés pouvaient bénéficier d’un service prioritaire. Les initiales de l’expression sont restées dans la langue anglaise. C’est ainsi qu’est né le fameux TIP, un anglicisme populaire chez nous.


En conclusion

Au-delà des règles et des conventions, le pourboire reste une question d’appréciation personnelle. Pour vous aider et vous guider au moment de laisser le fameux pourboire/tip, mettez-vous un instant à la place de celui ou celle qui va recevoir votre gratification, et si c’était vous ?

 

Stéphane Le Guide
« Sur les routes et chemins, au pays des grands espaces »

© Vous souhaitez publier ou partager cet article ?
Contactez-moi à : stef@www.parcourscanada.com

 

Écrit par Stéphane

3 Commentaires

  1. LIVOIRE

    merci pour cet article intéressant car c’est pas évident au début quand on connait pas les coutumes d’un pays, mais heureusement les canadiens sont sympas alors on laisse du pourboire !
    Alain

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *